Comme une feuille d’automne

Fébrile, je rougis d’attachement. Bientôt la bourrasque me ramènera à terre. Et, décomposée par le temps, je nourrirai ma chair en remontant le bois pour sans cesse renaître dans ses bras.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *