Concours Clayrton’s : Parure festive

Merci aussi pour tous vos commentaires et encouragements sur http://clayrtons.com/portfolio/parure-festive

Pouvez-vous nous parler de votre réalisation, «Parure festive » ?  Extrait de l’interview pour Natura-Dis

Au départ mon idée était différente. J’étais partie pour faire un pliage origami un peu sophistiqué : le Lys. Finalement, le papier a eu raison de ma patience et de mes compétences.  Le papier Opaline bicolore choisi (une face beige et une face argent) n’est pas du tout facile à travailler de par sa texture très souple. Un peu affolée parce que j’avais déjà « grillé » deux feuilles, je suis allée voir mes fleuristes préférées pour « brainstormer » et tenter de faire émerger une idée compatible avec les contraintes de pliage.

Finalement, j’ai gardé le concept de fleur de départ en y ajoutant une astuce pour donner une forme et flexibilité à mes pétales de papier. J’avais envie de quelque chose de ludique, comme un chapeau, un écrin, une fleur dans la fleur. Le tour était joué ! J’ai choisi soigneusement des tons pastels à marier avec le papier pour tenter de réaliser une création originale et élégante. L’objectif était de mettre en avant le papier Clayrton’s sans dénaturer le cœur de fleurs.

« Parure festive » est une création ambivalente : il y a d’un côté le cœur romantique et sage caché ou dévoilé sous cette collerette de fête. J’aime trouver un équilibre entre les deux.

La mise en scène fait aussi partie du job de fleuriste. Mettre en valeur les éléments est un vrai défi quand on ne connaît que des rudiments de photo. L’effet miroir m’a semblé une astuce sympathique pour donner du relief et du sens à ma réalisation.

Qu’est-ce-qui vous a poussée à participer au concours Clayrton’s ? Extrait de l’interview pour Natura-Dis

C’est un peu par hasard que j’ai découvert le concours. J’ai tout de suite trouvé cela ludique et pertinent. Cela m’a semblé être un vrai challenge pour deux raisons : la première, parce que réaliser un bel emballage de bouquet ou de composition n’est pas chose facile et qu’il me semble que le contenant peut apporter tout autant de plaisir visuel que son contenu. Aussi, un bon professionnel de la fleuristerie devrait selon moi être en mesure de proposer des emballages inédits même si finalement, il a souvent fonction de protection et que ce qui compte vraiment, c’est ce qu’il y à l’intérieur. L’idée est de pouvoir surprendre !

La seconde raison, c’est le principe même du concours. En effet, la pré-sélection pour atteindre la finale dépend à 50% d’’un jury et à 50% des votes issus des réseaux sociaux. Autrement dit, par la puissance de ces canaux de communication, il est possible de se démarquer et de faire le buzz. Je débute en la matière cependant, j’ai bon espoir de m’améliorer et de mobiliser des personnes sensibles à ma réalisation.

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur  https://www.natura-dis.com/actualites/eleve-cap-fleuriste-temoigne-concours-floral-clayrtons.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *